Forum de la guilde alidhanienne Psychatog
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Méandres Neurologiques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skiffounet

avatar

Messages : 893
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 22
Localisation : Au dessus de Perez dans l'échelle des êtres.

MessageSujet: Méandres Neurologiques.    Sam 28 Aoû - 5:09

RP.


... Skiff naquit sur les Terres Exilées, son enfance fut des plus mornes et la lassitude s'emparait de lui.
Entouré de ses amis consanguins et qui n'avait pour lui aucun crédit, il prit rapidement son essor sur les Terres d’Alidhan, pour fuir son quotidien, et fut recueilli par un groupe de gens tristes et blasés, alors que la naïveté de son esprit guidait ses pas : ils étaient depuis bien longtemps en manque d’aventure et de combat. Il tomba de haut car pensait qu'une force supérieure l'avait amené ici ..
Lassé très vite de cette vie aussi calme que ses balbutiements dans les ruelles de Fuisserage, l’appel du sang résonnant dans sa tête, il quitta les Exilés sans remord, et ne resta pas en très bons termes avec ses anciens compagnons.
Une vie de paria l’attendait dans les troupes de Galoregor, traqué en permanence par les fidèles de Kaldrass.

... Alors que ses forces se faisaient plus grandes et que l’appel du sang était désormais permanent, ses premiers meurtres résonnaient dans son cerveau, titillant sans cesse son excitation. L’envie grandissait et il n’arrivait désormais plus à contrôler ses pulsions.
Un sentiment inconscient s’emparait de son esprit, sa perception des choses se faisait plus aiguisée. Un monde nouveau, de sang et de guerre naissait sous ses pieds. Les prémices et les promesses d'une puissance nouvelle, à l'affut dans son dos, l'appelait sans relâche.

... Une nuit, alors qu’il marchait, hagard, près du Repaire des Brigands, un son strident attaqua ses tympans. Ses yeux se révulsaient et son sang bouillonnait dans ses veines, tapant ses tempes.
Des murmures psalmodiés sifflaient à ses oreilles. Il se tournait et se retournait incessamment, cherchant le ou les auteurs de cette mauvaise et sournoise farce. Dans son esprit dément et décalé, il croyait dur comme fer qu’un magicien mal intentionné, surement envoyé par les Quebecois, l’avait ensorcelé. Il était prêt à se battre, comme il l’avait fait de nombreuses fois.
Une fine bruine tombait sur son heaume. Il aiguisait ses sens, cherchant à repérer son agresseur. Il encocha une flèche, banda son arc et scruta les arbres.
Les chuchotements grandissaient et semblaient l’oppresser. Il lâcha son arc, et s’évanouit.

... Le Psychatog rendait insensible à la plupart des maux des mortels.
Chez certaines personnes, plus faibles, il était si puissant qu’il rendait comme saoul l’homme dans lequel il voulait s’immiscer. Et ce dernier, dans un élan de lucidité, tentait vainement de reprendre sur lui-même ses droits. Le faible résistait donc par sa naïveté et sa folie plus grande encore au premier appel de la bête.

... Le fait est que pendant plusieurs jours, endormi, perdu dans les méandres de son esprit, il se rappela des choses anodines. Un frisson lui parcouru l’échine dans un des ses rêves sanglants. Ce frisson résonna dans le monde réel.
A son réveil : comme une grosse gueule de bois.
Péniblement, chercha à tâtons ses armes et ses effets, pendant plusieurs minutes, alors que ses yeux recommençaient à s’habituer à la lumière.
Bien sur, il avait été dépouillé de ses biens et se retrouvait nu, seul et désarmé dans le Monde d’Alidhan.
Intérieurement, il se jura vendetta. Tous paieraient.




Déjà, il entendait à nouveau l’appel de la bête, et tentait encore de résister.


Dernière édition par Skiffounet le Dim 3 Oct - 17:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skiffounet

avatar

Messages : 893
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 22
Localisation : Au dessus de Perez dans l'échelle des êtres.

MessageSujet: Re: Méandres Neurologiques.    Sam 28 Aoû - 5:16

Suite.



... Il suait et jurait au ciel, tout les malheurs qui pouvaient lui arriver l’assommaient désormais en un seul coup qui pensait-il serait fatal. Déjà, il se voyait esclave, souillé par des plus puissants que lui, dans une auberge des plus sordides, avec pour gérant un certain franc-tireur très connu et réputé le plus vicelard d’Alidhan. Les légendes naissaient et les pages brulaient leurs mains à les retranscrire. Sa virilité n’était plus à prouver, sa force, sa dextérité, son narcissisme, son sens naïf de la justice, la taille de son membre non plus.

... Esclave aussi de l’entité qui le traquait. Alors que perdu dans ses pensées, Skiff traversait les plaines de Rhogan pour se rendre à l’auberge neutre de Gonk, ses pulsions s’emparèrent à nouveau de son corps. Son esprit luttait encore contre le Psychatog, ses mains serraient, serraient plus fort sur le cou du pauvre innocent qu’il avait lâchement attaqué par derrière.
Les mêmes murmures qu’avant son malaise suintaient à ses oreilles. Et alors que son visage se violaçait et se boursouflait, sa langue lui jaillit de la bouche. La victime lui saisit le poignet, et frissonna. Il l’a souleva et l’a regarda dans les yeux jusqu’à ce que ses globes lui sortent de ses orbites et qu’elle s’affaissa.

... Skiff retira brusquement sa main, et fixa sa victime, raidie et secouée de tremblements. Il était blafard. Rapidement, il céda aux convulsions qui lui envahissaient tout le corps.
Après une transe intense, mais courte, il se reprit et les chuchotements se faisaient moins perçants. Il dépouilla sans le moindre regret les effets de sa victime.
Une dague rouillée, quelques potions aux senteurs nauséabondes, un parchemin vierge, et un veston long misérable. Dans les méandres de son esprit dément, l’appel de la bête restait persistant, et semblait le conseiller. D’ailleurs, à ce moment, elle guidait ses membres, il attrapa le cadavre au col, le souleva an bandant ses muscles encore engourdis, le jucha sur son épaule. Il découvrit alors le visage de sa victime, il n’y avait guère fais attention au moment ou il s’affairait à l’étrangler ..
L’ancien baron loqueteux de sa guilde, probablement déchu de sa place, gisait à deux pas de lui, des goutes de sang maculant son visage sale.
Un sourire machiavélique mais cette fois parfaitement conscient illumina le visage de Skiff. Toute la délectation du meurtre se lisait là, reflétant la folie de l'assassin.
Il lança dédaigneusement le macchabée dans les buissons les plus proches, et se remit en route vers Gonk. Ses cheveux blonds et ondulés laissaient dans son sillage un parfum de puanteur mortuaire. Le crime luisait dans ses yeux rougeoyants.

... La nuit tombait sur les Terres d’Alidhan. Les créatures nocturnes s’éveillaient, les crocs et les griffes acérés, cherchant à assouvir leur soif intarissable. Il appuya un peu plus fort sur ses mollets endoloris, et poussa la porte de l’auberge.
Des clameurs sourdes retentirent. Les chuchotements le reprirent.


La bête appelait, inlassablement.


Dernière édition par Skiffounet le Sam 18 Déc - 18:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skiffounet

avatar

Messages : 893
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 22
Localisation : Au dessus de Perez dans l'échelle des êtres.

MessageSujet: Re: Méandres Neurologiques.    Dim 3 Oct - 17:40

Suite de la suite.


... L’esprit hagard, les poings serrés, il fixait un groupe de guerriers attablés. D’un tempérament belliqueux, mais pourtant lucide, il attaquerait la nuit.
Le sang sur ses loques effraya quelque peu. Il prit une chambre et monta. Les chuchotements ne l’avaient pas quittés un instant depuis qu’il était rentré dans l’auberge. Le temps passait et les bruits dans la salle commune étaient absents.
Il se leva et accomplit sa triste besogne : un aventurier endormi paya de sa vie la férocité nouvelle de Skiff. Il le dépouilla et enchaîna sur les autres chambres. Sept y passèrent. L’alerte fut donné alors qu’il rejoignait sa chambre. Il singea la peur et tous se rejoignirent dans la taverne.
Gonk hurlait. Et Skiff souriait.

... Certains l’avaient remarqué. Rapidement, ils en informèrent Gonk. Le manège du possédé était découvert. Il sortit la dague qu’il avait volée, maculée du sang d’innocents.
Un groupe d’un dizaine de personnes cherchaient à le tuer.
La lâcheté le rattrapa, il se terra dans un buisson. La nuit l’enveloppait et le protégeait. Deux retardataires payèrent leur lenteur. Le bruit d’un corps sans vie et un autre agonisant craqua la nuit.
Certains continuèrent sur leur lancée, deux autres se retournèrent. L’Atog criait à ses oreilles. La froideur d’une lame le transperça, il se retourna sur son attaquant. Attrapa sa gorge, le leva d’un bras et l’éviscéra.

... Touché malgré tout, et affaibli d’une nuit blanche ; il chargea les deux guerriers qui lui faisaient face. Quand il arriva à moins de dix mètres d’eux, un carreau frappa son épaule. Il s’affaissa.
Réveillé par un seau d’eau, il grogna. Interrogé pendant plusieurs heures, il n’avoua qu’avoir été victime d’une entité meurtrière, tutélaire de ses gestes. Il passa pour un fou aux yeux de tous. Il avait été prévenu : c’est la prison à Fangelice qui l’attendait. Escorté sous haute sécurité par la Milice Royaliste, il découvrit sa cellule. Il mit ses mains sur ses barreaux, passa sa tête au travers.
Son lit superposé grinça. Un druide, aussi poilu qu’un ours lui sourit. Il se présenta sous le nom de Kindaychi. Ses yeux luisaient de la même lueur que ceux de Skiff.



Je savais que ce druide était un de ceux dont j’avais annihilé la volonté, et savais aussi que je devais continuer à traqué Skiff dans ses méandres neurologiques. Kindaychi sera ma main, la main Atogienne, qui ralliera Skiff à notre cause.
Revenir en haut Aller en bas
Skiffounet

avatar

Messages : 893
Date d'inscription : 03/06/2010
Age : 22
Localisation : Au dessus de Perez dans l'échelle des êtres.

MessageSujet: Re: Méandres Neurologiques.    Mer 3 Nov - 0:03

[HRP] Si les quelques personnes qui lisent mon RP n’avaient pas compris, je tiens à préciser que j’ai changé de narrateur, et là, c’est l’esprit du Psychatog qui parle. [/HRP]




Fin.


... Kindaychi tannait de plus en plus le petit archer, que je possédais le maximum de mon temps. Je nourrissait son quotidien de tortures, de meurtres, de combats.
Son état se dégradait rapidement, ce gamin n'avait apparemment pas les ressources nécessaires pour que je puisse en faire un hôte correct .
Il était bien trop faible pour être un de mes disciples, ce cercle ne lui était apparemment pas réservé, j’admettais mon erreur : je me suis trompé sur le compte du gosse. Il me paraissait bien prometteur pourtant.

... J’opte pour l’idée que trop de bonté est en lui, je le quitte, peut-être y reviendrais-je un jour, quand il aura poussé.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méandres Neurologiques.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Méandres Neurologiques.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DG/DC,ALG] Andres Planas
» Méandres montagneuses et sentiers sinueux. [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psychatog :: Récits-
Sauter vers: